À l’Aiguille, la caselle reprend sa place près du giratoire

Majid El Alaoui (à gauche) et ses compagnons bâtisseurs./ Photo DDM Michel Cavarroc

 

Les symboles du patrimoine figeacois prennent place aux entrées de la ville. Après l’hélice installée par Ratier au rond-point de la zone de Lafarrayrie, c’est une caselle, emblème du petit patrimoine local qui retrouve toute sa place à la porte de la zone de l’Aiguille. On croyait l’édifice définitivement enfoui sous les décombres des pierres brisées par les mâchoires des énormes broyeuses qui bousculent le paysage au giratoire de Triguedina. La petite caselle (ou gariotte) qui résistait tant bien que mal aux abords de la route, avait en fait été démontée par les gens de l’association Regain, et les pierres encore en état, stockées de l’autre côté du rond-point, en attendant des jours meilleurs. Même si les travaux d’aménagement de la zone d’activités se poursuivent, la petite caselle n’a pas été oubliée. Sa reconstruction est en bonne voie puisqu’après huit jours de travail, elle reprend forme, et sera n’en doutons pas, encore plus belle qu’avant.

À raison de deux jours par semaine, Majid El Alaoui, encadrant à Regain depuis dix ans, y travaille en compagnie de quatre «compagnons» en insertion, qui n’avaient jamais de leur vie, construit une caselle. À l’inverse de Majid, qui avait déjà remonté des bâtiments similaires à Frontenac et Assier.

«Cela fait vraiment plaisir de restaurer ces petits édifices du patrimoine local, dit-il. Après une petite formation théorique, je leur montre comment choisir les pierres et les disposer, mais ils apprennent vite. Ils ont conscience de refaire une œuvre artistique. Il y a deux jours, nous avons vécu un moment plein d’émotion, avec la venue de la fille de l’ancien propriétaire de la parcelle où se situait la caselle. Elle avait les larmes aux yeux en nous racontant qu’elle y rentrait parfois les moutons dans le temps. C’était vraiment sympathique.»

Dans quelques semaines et certainement pour des siècles, elle aura retrouvé toute sa splendeur et fera belle figure à l’entrée de la ville.

La Dépêche du Midi-  le 19/10/2018